Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Promenades d'Erin

voyages

Promenade tourangelle

13 Septembre 2019, 08:56am

Publié par Erin

Promenade tourangelle

Pour débuter cette rentrée en douceur, je vous parlerai de mes vacances d'été. Dans le cadre de la découverte de mon propre pays je voulais aller là où je n'avais jamais mis les pieds, et mon choix s'était porté sur la Bourgogne. Malheureusement, pour des raisons logistiques, le plan est tombé à l'eau. Du coup, mon compagnon de voyage et moi nous sommes rabattus sur une destination déjà visité maintes fois, mais particulièrement appréciée, j'ai nommé: la Touraine.

Région des plus paisibles, traversée par la Loire et bordée de célèbres châteaux, également reconnue pour ses vins, la Touraine est une destination particulièrement touristique. L'ayant déjà visité deux fois, je souhaitais revoir certaines choses, mais aussi bien entendu en découvrir de nouvelles. Notre séjour a débuté par:

La cité médiévale de Loches

Cette cité est composée entre autres d'un château avec un donjon et un logis royal dont la construction s'échelonne entre le XIIe et le XVIe siècle. Si la visite du château est payante, les touristes ont gratuitement accès à la jolie collégiale Sainte-Ours, construite en 965. La cité de Loches vaut aussi le coup que l'on s'y attarde pour sa douceur de vivre, ses jolies boutiques, et ses très bons restaurants.

La collégiale Saint-Ours

 

Loches (tout à droite: le château)

En centre ville se trouve Le P'tit Restau, qui propose une carte restreinte, afin d'offrir des produits régionaux frais à sa clientèle. Pas très loin, et à des prix un peu plus abordables, le café Le Cosy vous propose des salades et des tartes salées. (Promis, la carte est plus attractive que le site internet). En périphérie de la cité médiévale et pour vous faire plaisir, le restaurant Les Terrasses offre une cuisine traditionnelle améliorée et un service de qualité qui vaut le détour. Bref, vous l'aurez compris, à Loches on mange bien et on voit des jolies choses... Et pour ceux qui aime marcher, la forêt domaniale est un endroit tranquille et apaisant pour se promener, puis étendre une couverture et pique-niquer.

En forêt domaniale de Loches

 

Ceci étant dit, comme toute cité médiévale qui se respecte, elle ne serait rien sans ses sols pavés, ses côtes et ses descentes parfois abruptes. Amis à mobilité réduite, faîtes attention où vous mettez les pieds et si vous avez un fauteuil, prenez votre mal en patience, en dehors de la cité royale et du centre ville les trottoirs sont plus lisses...

Parce qu'il y a pléthore de châteaux dans la région et qu'il faut bien commencer quelque part, nous avons vu:

Le château d'Amboise

Avec Chambord et Azay-le-Rideau entre autres, Amboise fait partie des châteaux les plus connus du coin. Résidence principale des rois de la Renaissance tels que Charles VIII et François 1er, il est également le lieu de sépulture de Léonard de Vinci et fait partie intégrante du centre ville. Les visites de l'intérieur peuvent être guidées ou individuelles, avec une tablette, qui permet entre autres de découvrir les pièces du château entièrement reconstituées comme à leur époque.

Le Château d'Amboise

 

Le logis royal

Tout près se situe le Clos-Lucé, dernière demeure de De Vinci, aujourd'hui transformé en un musée très intéressant, qui lui est entièrement consacré. Ces deux lieux sont accessibles aux personnes à mobilité réduite, le château royal mettant même des fauteuils roulants à la disposition de ceux qui en ont besoin. Patience sur les pavés.

Dans la ville

La troisième étape est un pèlerinage:

La maison de George Sand à Nohant

Voilà un lieu qui m'est cher et que je retourne visiter dès que possible. Il faut quitter la Touraine et se rendre en Berry pour la voir. C'est une très belle bâtisse du XVIIIe dont l'écrivain à hérité de sa grand-mère et dans laquelle elle a passé toute son enfance. Elle y a aussi écrit une bonne partie de ses livres une fois adulte. L'excellente visite guidée nous renvoie tout droit au XIXeme siècle, que George Sand a marqué de ses nombreux écrits originaux et féministes. Au rez-de-chaussée, sont accessibles une cuisine magnifique et un salon. A l'étage, où l'on accède par un grand escalier, se trouvent les chambres et un bureau/bibliothèque.

La maison de George Sand

 

Au premier étage: une grande chambre transformée en bureau bibliothèque

Le grenier de la maison est aujourd'hui un musée de la marionnette. Le fils de George Sand, Maurice, les fabriquait toutes, (sa mère cousait les costumes) et s'en servait pour des spectacles organisés à la maison, dans le petit théâtre prévu à cet effet aménagé au rez-de-chaussée. Nohant est à trente kilomètres de Châteauroux, soit trois jours de voyage en calèche au XIXeme siècle, ce qui ne rendait pas évident l'accès à la culture et à la distraction... Quoi de mieux pour meubler les longues soirée d'hiver, que son propre théâtre à domicile ?

Le théâtre personnel de George Sand où l'écrivain faisait répéter ses pièces

 

Les marionnettes de Maurice Sand

Si vous êtes à mobilité réduite en fauteuil roulant, le grenier et le 1er étage ne seront pas accessibles pour vous. Vous pouvez en revanche accéder au rez-de-chaussée (qui comprend également une très belle librairie) ainsi qu'aux splendides et très grands jardins. Vous aurez également accès aux hippomobiles (calèches) de George Sand, et vous pourrez vous promener dans le cimetière familial où l'écrivain est enterrée.

Dans les jardins

 

 

 

Nous avons terminé notre séjour par:

Le donjon de Montrichard et le château de Montrésor

Pour avoir l'idée de visiter Montrichard, il faut aimer les petites villes, les ruines et les vieux trucs en général. Personnellement c'est mon truc. Le donjon du XIIeme siècle surplombe la ville. Certaine parties sont encore visitables, notamment le musée, très complet et très intéressant sur trois niveaux: le rez-de-chaussée sur l'histoire locale de Montrichard, le second le musée archéologique, qui comprend une impressionnante collection de fossiles, et enfin le sous-sol, consacré aux moulins. (C'est pas une blague, les moulins du coin semblent faire de nombreux objets d'études...) Quoi qu'il en soit, ce petit mais costaud musée vaut le détour, tant pour sa richesse (dont la visite complète vous coûtera cinq euro) que pour son cadre. De la tour du donjon, il y a un super point de vue sur toute la ville...

Montrichard

 

Dans les rues de Montrichard

 

Dans le donjon

 

 

Puisque les années précédentes avaient été consacrées à des visites de châteaux relativement connus, mon compagnon de voyage et moi avons décidé de nous rendre dans un endroit qui à priori ne payait pas de mine, mais qui peut être, recelait de jolies choses. Nous sommes donc partis pour le château de Montrésor (à quinze kilomètres de Loches) qui avec un nom pareil promettait de nous en faire voir.

Le château de Montrésor

 

Construit au Moyen-Âge, le château comporte lui aussi un logis royal datant de la Renaissance. Il fût racheté en 1849 par le comte Branicki, émigré polonais. Ses descendants seront ses derniers propriétaires. Une partie du château est encore habitée, le reste est visitable par les touristes. L'intérieur est principalement habillé de bois, ce qui rend l'atmosphère de l'endroit assez chaleureuse. En revanche, si les Branicki semblent être de fiers chasseurs heureux de le montrer, je n'étais personnellement pas très fan des nombreux trophées et fusils de chasse exposés en décoration. L'édifice est impressionnant de l'extérieur, une petite promenade dans les jardins fait toujours du bien, et en prenant de la hauteur, il y a de belles vues panoramiques.

Une vue des hauteurs du château

Et le dernier jour est arrivé, avec la pluie qui nous a empêché de visiter le château de Loches comme initialement prévu. Nous avons roulé jusqu'au sentier du Pas aux Ânes pour faire une dernière promenade en forêt et les deux kilomètres de marche autour de l'étang. Le lendemain annonçait déjà le retour et avec lui mon dernier voyage en terre tourangelle... Jusqu'au prochain !

Promenade tourangelle

Voir les commentaires

Voyage surprise à Marseille !

24 Mai 2019, 06:45am

Publié par Erin

Voyage surprise à Marseille !

Voyager à l'étranger, c'est génial. Mais depuis peu, j'ai tendance (pour des questions de budget certes, mais pas seulement) à me dire qu'il y a plein d'endroits en France qui méritent aussi d'être visités ! Lectrice des romans de Marcel Pagnol depuis de nombreuses années, il y a longtemps que je voulais faire un tour au pays du Mistral. Alors pour mon anniversaire, mon adorable famille m'y a emmené faire un tour !

La ville étant deux fois et demie plus grande que Paris, il est compliqué d'en faire le tour en 3 jours seulement. Nous n'en avons donc vu qu'une petite partie, celle du vieux port et de ses alentours, car nous étions logés à côté.

A notre arrivée, ce fameux Mistral soufflait beaucoup. Nous avons lutté mais réussi à nous promener sur le vieux port et dans le quartier du Panier (rendu célèbre aujourd'hui car il fût l'inspiration pour la construction du décor de la série Plus Belle La Vie, pour ceux que ça intéresse). Ce quartier autrefois très populaire est aujourd'hui victime comme tant d'autres, de la spéculation immobilière. Les loyers augmentant, la population qui y habite change aussi. Ce quartier n'en reste pas moins un très bel endroit aux charmantes petites rues pittoresques qui en font une chouette balade. Attention, il fait partie de la vieille ville, et les rues sont en pentes souvent abruptes ! Nous avons également fait un petit tour par la fondation Regards de Provence qui proposait une chouette exposition sur l'art de la table.

Dans le quartier du Panier

 

 

 

 

Le lendemain, nous avons effectué une visite guidée du vieux port et nous avons pu en apprendre beaucoup sur l'architecture de ce quartier. Puis nous avons rejoint le MUCEM (Musée des Civilisations de l'Europe et de la Méditerranée) où était installée une très belle exposition sur l'art brut et l'artiste Jean Dubuffet. Ce bâtiment de béton à l'architecture originale a ouvert ses portes en 2013, alors que Marseille est nommée Capitale de la Culture Européenne. Moderne, il offre de beaux espaces d'exposition et une terrasse très agréable sur le toit. Il est accessible aux personnes à mobilité réduite grâce à des ascenseurs.

Une vue sur le vieux port (au loin sur la gauche: la cathédrale Notre-Dame de la Garde)

 

Pour accéder au Mucem

 

Le musée

 

Dentelle de béton fibré, légère et très solide qui entoure le musée, laissant passer la lumière et une chouette vue sur la mer
Juste avant d'entrer au Mucem, on peut appercevoir le palais du Pharo

En sortant du musée, nous avons pris le Ferry Boat, ce petit bateau qui pour cinquante centimes vous permet d'effectuer les 250 mètres de traversée en mer qui séparent une rive du port à l'autre. En face du musée se trouvait Le bar de la Marine, célèbre établissement décoré selon la description de Marcel Pagnol au début de Marius. Nous avons terminé notre journée par la visite de la cathédrale Sainte Marie de Majeure, église de style byzantin, qui, si elle n'est pas la célèbre Notre-Dame de la Garde, vaut quand-même le détour.

 

La cathédrale Sainte-Marie de majeure (aussi apelée la Major)

 

A l'intérieur de l'église

 

 

Sur les hauteurs de la colline, le vieux port en contre-bas et au loin, la Major

Le jour suivant, nous avons prit la mer pour nous rendre à l'Estaque, ce village du 16e arrondissement de Marseille, de tradition ouvrière. Jolies petites ruelles qui montent et qui descendent, mignon petit port et chouette point de vue en hauteur. Pour l'anecdote, c'est ici que Robert Guédiguian a tourné entre autres, son film Marius et Jeannette (1997).

En mer pour se rendre à l'Estaque

 

Arrivée à l'Estaque par la mer
Vue de l'Estaque, du parvis de l'église

Nous avons ensuite repris notre chemin pour la visite de la fameuse Cité Radieuse, construite par Charles-Édouard Jeanneret, dit Le Corbusier entre 1947 et 1952. La visite guidée est complète et intéressante, elle donne même l'opportunité de voir un appartement tel qu'il était livré à l'ouverture de la cité. Même si je reconnais que le concept ait pu être franchement avant-gardiste et novateur à son époque, je suis en revanche moins fan du principe d'avoir en plus des appartements, les commerces et services communs au même endroit. J'ai eu le sentiment de me sentir un peu trop enfermée... Mais la vue depuis le toit terrasse est imprenable.

Notre mini séjour s'est achevé le lendemain avec l'ascension (en bus) jusqu'à Notre-Dame de la Garde (aussi connue sous le nom de "Bonne-Mère"). De là-haut, (au 6eme étage avec l'ascenseur) on a une vue magnifique sur tout Marseille. (Même sans le soleil). L'édifice est superbe à l'intérieur comme à l'extérieur. Avant de prendre le train, nous nous sommes arrêté rue Sainte, au Four des Navettes, pour rapporter de ces délicieux biscuits traditionnels parfumés à la fleur d'oranger !

Vue sur Marseille depuis les hauteurs de la Bonne-Mère
L'autel de Notre-Dame de la Garde

Avant de partir, j'avais entendu tout un tas de choses sur Marseille: "A part le vieux port (et encore), c'est moche", "c'est sale", "les gens sont pas très sympas"... J'en passe et des meilleures. Les avis étaient tranchés sur le sujet, soit on adorait, soit on détestait. M'étant fait ma propre expérience, je peux affirmer aujourd'hui que j'apprécie cette ville, pour son atmosphère, ses citoyens (qui avec nous se sont montrés très sympathiques) et son beau soleil.

Je n'ai vu qu'une infime partie de ce qu'est Marseille, j'ai hâte de pouvoir y retourner pour voir tout ce que j'ai manqué. Pour essayer aussi d'être plus proche des gens et voir une ville moins touristique... Car si Marseille a aujourd'hui de belles infrastructures c'est parce qu'elle a été choisie pour être Capitale de la Culture Européenne il y a 6 ans. Les transformations dont la ville a fait l’objet suite à cette nomination se sont visiblement faites plus ou moins au détriment des Marseillais. Beaucoup (et surtout les classes populaires) ont été expulsés de leurs immeubles qui aujourd'hui sont à l'abandon, pour que des touristes comme moi puissent profiter d'un centre ville "attractif". Pour info, 60% de la population Marseillaise habite en HLM...

Mais moi, quand je voyage, j'aime autant les visites touristiques que les balades hors des sentiers battus. Alors quand je reviendrai,  je ferai le tour de ce que je n'ai pas eu le temps de voir en essayant de m'en éloigner un peu plus. Merci ma super famille de m'avoir fait ce joli cadeau et merci d'avoir fait quelques photos pour moi, mon appareil photo m'ayant lâché à mi-parcours...

Au prochain vagabondage !

Voyage surprise à Marseille !

Le point de vue de la rappeuse altermondialiste et Marseillaise Keny Arkana en 2013, à propos de la nomination de la ville comme "Capitale de la Culture Européenne"... Ou le revers de la médaille touristique.

Voir les commentaires

Un petit tour à Dunkerque

28 Avril 2019, 10:26am

Publié par Erin

Un petit tour à Dunkerque

Et oui ! C'était les vacances de Pâques, et j'ai sauté sur l'occasion pour partir m'aérer... dans le ch'nord de la France. De prime abord, Dunkerque n'est à priori pas une destination idéale pour les vacances dans l'imaginaire collectif. Alors pourquoi ? Un, parce que la personne qui est venue avec moi avait très envie d'y aller depuis plusieurs années, et deux parce que... pourquoi pas ! J'ai bien fait d'y aller dans cet état d'esprit car j'ai été très agréablement surprise. Il fait bon vivre à Dunkerque, d'autant plus quand la météo se montre très clémente, comme se fût le cas lors de notre séjour.

Celui-ci à principalement été constitué de promenades sur les plages de Malo-les-bains, (notamment connue pour avoir été le lieu de la bataille de Dunkerque, suite à l'opération dynamo en 1940) et de Leffrinckoucke (plus sauvage et très jolie, même lorsque c'est marée basse).

La plage de Malo-les-bains

 

La plage sauvage de Leffrinckoucke

Dunkerque ayant souffert pendant la seconde guerre mondiale, elle a été énormément reconstruite. L'architecture de cette ville semble donc un peu dépareillée, alternant entre des immeubles en brique très géométriques des années 1950 et des très jolies maisons plus anciennes, de style art-déco. Les villas qui bordent la digue de mer de Malo-les-bains, ou qui se situent dans le quartier de la place de Turenne, en sont d'ailleurs le parfait exemple. Elles donnent aux rues un charme suranné qui évoque un décor de cinéma, dans lequel il est très agréable de se balader et sont comme des écrins hauts en couleurs au milieu de l'obscure modernité.

Sur la digue de mer de Malo

 

 

Dans les rues de Dunkerque

 

 

Le kiosque de la place de Turenne

Dunkerque comporte plusieurs musées. Le FRAC (Fond Régional d'Art Contemporain), le LAAC (Lieu d'Art et d'Action Contemporaine) et le musée Dunkerque 1940, consacré à la fameuse bataille. Malheureusement, nos étoiles ne devaient pas être bien alignées car ils étaient soit fermés, soit en démontage/remontage d'expositions. L'espace de visite était donc très restreint.

Promenade sur le port

Alors pour les aventures culturelles on repassera, (cela nous donnera une occasion pour revenir). Nous avons donc décidé de simplement profiter de la douceur de vivre de ce chouette endroit. Pour ma part, j'ai déjà eu l'opportunité de visiter quelques villes du nord telles que Lille ou Roubaix, et je remarque que j'y apprécie systématiquement l'atmosphère. (Chaleureuse, nonobstant la température de l'air qui peut se faire glaciale en hiver). On y mange bien, et en particulier les spécialités du coin, comme la carbonnade flamande, le poulet à la bière ou le welsh (plat à base de pain de campagne, de bière, de jambon et de fromage. Amis du cholestérol, bonsoir). Spéciale dédicace à Reynald, patron de l'authentique Estaminet flamand, qui sert des plats généreux et de la bonne bière pour des prix abordables.

Le Beffroi de Dunkerque (datant de 1450, anciennement rattaché à la cathédrale)

 

La cathédrale Saint-Éloi

Ces petits jours sont passés trop vite... Ils font désormais parti de ces précieux moments de détente, loin de l'agitation du quotidien. Dunkerque ne vaut peut-être pas le coup que l'on s'y attarde plus d'une semaine, mais c'est une ville suffisamment agréable et intéressante pour qu'on y accepte de ralentir et de profiter. Et ça, ça n'a pas de prix.

A la revoyure !

 

Détail ayant son importance: il est très facile de se déplacer en ville. Depuis septembre 2018, tous les bus sont gratuits en permanence. Ils sont également accessibles aux personnes à mobilité réduite.

Jean Bart, corsaire natif de la ville de Dunkerque s'étant rendu célèbre en combatant dans la marine Française durant les guerres menées par Louis XIV

Jean Bart, corsaire natif de la ville de Dunkerque s'étant rendu célèbre en combatant dans la marine Française durant les guerres menées par Louis XIV

Voir les commentaires

Un week-end à Strasbourg

5 Mars 2019, 17:47pm

Publié par Erin

Un week-end à Strasbourg

Le besoin impérieux de changer d'air s'est fait sentir...J'avais besoin d'aller là où je n'avais encore jamais mis les pieds. Je n'avais jamais visité l'Alsace, et Strasbourg, capitale Européenne, était réputée être une très jolie ville. Je venais aussi de lire Sous les vents de Neptune, de Fred Vargas, dont l'intrigue, avant de se dérouler principalement au Québec, passe un petit moment par la capitale Alsacienne.

Alors je suis partie par le train de 11h un vendredi de février, avec quelques idées de ce que je voulais voir, mais me laissant dans le même temps un peu de liberté pour improviser mon programme.

La cathédrale Notre-Dame

Le must-see de la ville de Strasbourg !
Edifiée au Moyen-Âge, elle est aujourd'hui célèbre pour avoir été pendant un temps le plus haut bâtiment du monde, grâce à sa flèche unique de 142 mètres. Si la hauteur impressionne, c'est surtout la délicatesse des détails de la façade qui m'a fasciné. Les murs sont en grès des Vosges, (rose ou brun), ce qui sous le soleil d'hiver renvoie une très belle lumière qui permet d'observer à loisir cette dentelle de pierre. L’intérieur de la cathédrale est superbe également, on peut y observer une très belle horloge astronomique datant de la Renaissance. Je n'ai pu l'apercevoir qu'en partie à cause de travaux prévus. Certains petits espaces n'étaient pas accessibles au public pour rénovation. Mais c'est sûr que ça vaut le détour ! On peut accéder à la cathédrale en fauteuil roulant, une rampe étant déployée à l'entrée.

 

 

 

Promenade sur l'Ill en bateau

Le lendemain de mon arrivée, j'ai débuté ma journée par une visite guidée de la ville par bateau sur la rivière l'Ill qui traverse Strasbourg. La ballade dure 1h10, commentée dans des audio guides. On peut donc y observer les différents styles architecturaux des bâtiments de la ville. Idéale par beau temps ! J'ai donc traversé le centre ville, la nouvelle ville, la petite France et le quartier européen.
Pour ceux qui sont intéressés : pour les personnes à mobilité réduite mais néanmoins valides sur de petites distances, cette visite est tout à fait appropriée car elle permet de faire le tour de la ville tout en restant assis. Il y a deux marches à l'entrée du bateau.
La compagnie qui gère ces visites se situe près de l'office de tourisme, place de la cathédrale et se nomme Batorama. Elle est ouverte toute l'année et les gens qui y travaillent sont accueillants et très serviables. Il est possible de réserver sa croisière sur le site internet.
J'ai déjeuné d'une choucroute aux 3 poissons, spécialité de La maison Kammerzell, très bon et très joli restaurant traditionnel dont la bâtisse date du XVIe siècle.
J'ai aussi croisé Daniel en sortant du restaurant, chanteur de rue et organiste de barbarie, Alsacien de cœur et de culture, avec qui j'ai passé au moins une demie heure à écouter et chanter des chansons françaises. Merci Daniel pour ce joli moment !

Le bateau traversant Strasbourg

La maison Kermmazell (au 1er plan à gauche)

La place Kleber (à l'occasion d'un vagabondage piéton)

Le musée Tomi Ungerer

Il faisait un temps magnifique et cela aurait été dommage de s'enfermer au musée trop longtemps. Mais il aurait été encore plus dommage de louper le musée Tomi Ungerer. J'ai été bercée par un certain nombre de ses livres pour enfants et c'est avec une certaine tristesse que j'avais appris son décès quelques temps plus tôt et que j'ai manqué ses funérailles à quelques heures près... Passer une après-midi auprès de ses œuvres me semblait une belle manière personnelle de lui rendre hommage.

Inauguré en 2007, le musée Tomi Ungerer est aussi un centre national de l'illustration et comprend 11000 dessins de Tomi Ungerer. Construit sur trois niveaux, (accessibles par ascenseur) on peut voir les planches et les dessins originaux des livres comme Otto, Trémolo ou La petite fille aux allumettes. Certains exemplaires des livres sont disponibles en libre consultation, pour le plaisir de (re)découvrir ces belles histoires ! J'ai totalement replongé en enfance !
Tout aussi intéressant mais plutôt pour les adultes, on trouve toute une collection de dessins publicitaires, mais également satyriques (notamment critiques du gouvernement américain lors de la guerre au Vietnam) et érotiques. A découvrir !

A noter : En plus de l'ascenseur, il est possible de se faire prêter un fauteuil roulant ou un tabouret pliant pour les personnes à mobilité réduite qui seraient fatiguées de piétiner...

Le musée Tomi Ungerer

La Petite France

Ce joli quartier nous plonge instantanément dans un décor proche de celui du conte de fées. En effet il a conservé son atmosphère médiévale bordé de rues pavées (PMR en fauteuil ou mal-marchants, c'est pas évident pour vous, avancez doucement...) et de jolies maisons à colombages au charme suranné. J'ai eu une idée lumineuse en y allant tôt le dimanche matin avant que la foule ne soit trop importante. Les rues sont calmes voire silencieuses et le soleil m'a permis de faire de très jolies photos !
Après ma marche matinale, je me suis restauré Chez Tante Liesel, petite brasserie typiquement Alsacienne (Wienstub) située au 3, rue des dentelles. On y mange bien, pour un prix raisonnable (plats simples et généreux à 15 euro en moyenne) dans un cadre chaleureux et familial. A moins d'arriver tôt comme moi et de vous jeter sur les portes dès qu'elles ouvrent, il fortement conseillé de réserver votre table à l'avance car l'espace est petit et les places partent vite !

Avant de retourner à la gare, j'ai fait un petit détour par l'église Saint-Pierre-le-vieux, située près de cette fameuse gare, histoire de prolonger un peu les vacances et de ne pas repartir trop vite...

Strasbourg est effectivement une très jolie ville, à l'histoire intéressante aux ambiances diverses qu'il est agréable d'arpenter à pieds. La nourriture Alsacienne est extrêmement réconfortante et  les Alsaciens sont généreux et accueillants.
Côté pratico-pratique, la ville peut aussi se faire en tramway pour celles et ceux qui marchent peu. Il est possible par exemple de se procurer un ticket pour 24 heures qui donne accès à toutes les lignes.
Pour les personnes en fauteuil roulant, des progrès sont encore à faire, (comme dans beaucoup d'endroits d'ailleurs...) mais si on est accompagné, on peut s'en sortir. Par ailleurs, les principaux bâtiments touristiques ont été adaptés. Seul bémol, l'accès à l'office de tourisme se fait par 3 marches à l'intérieur (alors qu'on est déjà rentré) et la porte est LOURDE. Mais comme les agents sont globalement serviables et attentifs, si besoin n'hésitez pas à demander un coup de main...

A la prochaine escapade !

 

 

 

 

Voir les commentaires