Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Promenades d'Erin

La vie, et rien d'autre...

2 Avril 2021, 08:09am

Publié par Erin

Bertrand Tavernier (1941-2021)

Bertrand Tavernier (1941-2021)

Cher Bertrand,

Pour reprendre une célèbre formule paternelle, "permets-moi de te tutoyer aussi simplement que certains s'en vont à la guerre". Depuis l'annonce de ton décès le 25 mars dernier, je suis - et compte rester - dans le déni absolu de ta disparition. C'est comme ça, j'ai décidé que les hommes comme toi ne pouvaient pas mourir. Parce que tu es de cette nature qui fait du bien à l'Humain, de ceux qui réparent les blessures et qui soulagent les solitudes. En somme, trop précieux pour disparaître.

Tu m'as devancé, Bertrand. Voilà au moins une année qu'une liste non exhaustive de tes films se trouve dans ma liste à moi d'articles à écrire pour mes lecteurs. Trop tard, t'es mort, bordel. Me voilà contrainte de faire l'article au passé. J'ai l'impression que j'ai raté quelque-chose, même si l'avantage des artistes de ta trempe c'est que vous nous laissez des merveilles qui vous survivent et que finalement, il n'est jamais trop tard pour en parler.

Je ne me souviens pas du premier film que j'ai vu. Était-ce L’appât, ou Le juge et l'assassin, ou encore Dans la brume électrique ? Impossible de le dire. Ce qui est sûr, c'est que chacun d'entre eux m'a laissé une emprunte. Mon préféré restera sans doute à tout jamais Ça commence aujourd'hui, où tu avais fait de Philippe Torreton le plus beau de tous les instituteurs. S'il y a bien une chose pour laquelle tu es doué Bertrand, c'est la tendresse. Celle qui est si grande qu'elle fait monter les larmes que l'on ne peut pas retenir, et que Philippe Noiret savait si bien transmettre, notamment dans La vie et rien d'autre et L'horloger de Saint Paul.

Tu sais parler des gens et c'est ce qui rend ton cinéma aussi merveilleux. De Capitaine Conan au Dimanche à la campagne, en passant par le Coup de torchon, tu donnes toujours toute la place à tes personnages, pour lesquels tu as un grand amour. Et c'est trop beau. Avec toi, la vie déborde, crève l'écran et touche le spectateur en allant chercher des émotions simples, mais intenses, lui permettant également de réfléchir à la société qui l'entoure. Tes films sont puissants, Bertrand. Il est heureux que tu nous les laisses, mais il est triste de savoir que tu n'en fera pas de nouveau. Parce qu'en cette sombre période, ton travail est extrêmement salutaire.

Bon vent Bertrand. Salue pour moi Noiret, Marielle et Rochefort, Galabru, Christine Pascal et toutes celles et ceux qui depuis le temps qu'ils sont morts eux aussi, sont sans aucun doute contents de te retrouver... Le plus dur, est pour ceux qui restent.

Je fus absolument ravie de faire partie de tes contemporains. Je garderai de toi tous ces films magnifiques qui sont la preuve que la vie est une fête, qui n'en finit jamais de commencer.

Commenter cet article
I
Bien écrit, merci pour l'hommage à Mr Tavernier .
Répondre
P
Hola Tavernier, remettez nous çà et rien d'autre !!
Répondre
E
Rien que du bon !
P
Tout à fait partagé comme sentiment. BEL HOMMAGE.
Répondre
E
Merci très beaucoup. Et pour la petite correction aussi. :-)