Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Promenades d'Erin

Antonin Artaud: L'ombilic des Limbes, Le Pèse-nerfs et autres textes (1968)

19 Février 2021, 08:12am

Publié par Erin

Et maintenant, Monsieur le Docteur, que vous voilà bien au fait de ce qui en moi peut être atteint (et guéri par les drogues), du point litigieux de ma vie, j'espère que vous saurez me donner la quantité de liquides subtils, d'agents spécieux, de morphine mentale, capables d'exhausser mon abaissement, d'équilibrer ce qui tombe, de réunir ce qui est séparé, de recomposer ce qui est détruit. Ma pensée vous salue.

Extrait de "L'ombilic des Limbes"

Ce recueil publié tel quel en 1968 par Gallimard contient plusieurs types d'écrits parus à partir de 1925. De la correspondance avec Jacques Rivière (rédacteur en chef à la Nouvelle Revue Française) aux textes de la période surréaliste, en prose ou en vers, il en tout cas impossible pour moi d'en faire un résumé. Ce que je peux en revanche en dire, c'est que dès la lecture des premières lettres, je me suis tout de suite dit que je n'avais jamais rien lu de semblable. Et que c'était formidable. Artaud était sans aucun doute un homme très torturé, avec ses obsessions et ses travers, mais qui en a pleinement conscience et qui les exprime magnifiquement. Il est extraordinaire dans sa recherche de précision et dans son besoin de clarté.

Les textes composants L'ombilic des Limbes, Le Pèse-nerf et L'Art et la Mort sont incroyables d'imagination et d'originalité, poussant le lecteur au-delà de ce qu'il a l'habitude d'entrevoir et de lire. Bien entendu, tous les textes ne sont pas égaux dans leur intelligibilité, certains sont même assez abscons, mais personnellement, j'ai accepté. D'abord parce que je savais que j'entrais dans la tête et dans l'univers d'un écrivain un peu fou, mais qui en plus, a appartenu au mouvement surréaliste. Rien ne servait alors pour moi de chercher à COMPRENDRE à tout prix, alors que l'important se situait plutôt dans ce à quoi le texte me renvoyait personnellement, et à sa musique intrinsèque.

Je vous invite d'ailleurs si vous avez la chance comme moi de découvrir ce poète avec ce recueil, à lire dès que possible à haute voix. Ainsi, ce qui vous semble au premier abord incompréhensible vous sera peut-être rendu plus accessible à cause de cette musique, dont on ne sait pas si elle était souhaitée ou non par Artaud, mais qui existe vraiment si l'on y fait attention.

Les poèmes sont très imagés, le style est aussi sensible que son auteur, que l'on sent tour à tour à fleur de peau ou au contraire extrêmement déterminé à exprimer ce qu'il souhaite. (Pour preuve, les très machistes lettres au ménage et le vindicatif texte de rancune au mouvement surréaliste). Ce recueil de textes donne à voir d'Antonin Artaud son instabilité, mais aussi ses grandes forces et ses faiblesses. En dehors de quelques lignes qui sont effectivement difficilement compréhensibles, l'ensemble est assez fluide, si on accepte de se laisser porter.

Tous ces écrits sont décapants et ont remis en question ce que je pensais connaître de la poésie. L'ombilic des Limbes est un vent de fraîcheur malgré l'obscurité certaine de son contenu, que je me suis surprise à lire presque aussi facilement qu'un bon roman. C'est un recueil qui ouvre nos propres frontières, beau et intense comme un voyage intérieur.

En sommeil, nerfs tendus tout le long des jambes. Le sommeil venait d'un déplacement de croyance, l'étreinte se relâchait, l'absurde me marchait sur les pieds.

Extrait de "Le Pèse-nerfs"

Commenter cet article
P
Hello, tout cela me parait vivant et je pèse mes maux.....
Répondre
E
Merci ! :-) Bisous