Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Promenades d'Erin

A destination de la Tryosphère

3 Avril 2020, 09:04am

Publié par Erin

A destination de la Tryosphère

Chers Tryo,

D'habitude, c'est aux morts que j'adresse des lettres, qui font office d'oraison funèbre. J'ai écrit pour Jean-Pierre Marielle, David Bowie, ou plus récemment Graeme Allwright, mais aujourd'hui, c'est à vous que j'ai envie d'écrire. Vous êtes bien vivants et je m'en réjouis.

Vous êtes entrés dans ma vie alors que j'étais toute petite et que je voulais faire comme les grands qui écoutaient en boucle "France Télécom". Du haut de mes quelques années, je ne comprenais pas qu'on puisse faire une chanson sur un thème pareil, qui était bien éloigné de mes préoccupations. Parce que je chantais à tue-tête sans trop comprendre les paroles, mon père a ressorti un CD gravé sur lequel on pouvait entendre "Pour un flirt avec la crise" ou "L'Hymne de nos campagnes", que je trouvais super cool. Le reggae acoustique n'était pas un genre très prisé à l'époque, et vous faisiez figure d'originaux dans ce domaine, auquel vous ajoutiez en plus le fait d'écrire en français, qui plus est des textes de gauche. C'était un monde nouveau, en ce temps où pour moi, la chanson engagée se limitait à Renaud.

Alors, j'ai fait comme d'habitude quand je découvre un truc qui me plaît: je suis devenue monomaniaque. J'ai écouté en boucle votre premier album Mamagubida (1998) puis Faut qu'ils s'activent (2000) et ma tante m'a offert le superbe album Grain de sable (2003), qui marque une belle évolution parfaitement réussie, vers des horizons musicaux autres que le reggae. En effet, ceux qui pensent que vous ne faites que ça se trompent lourdement. Certes, c'est le genre qui vous unit et vous enracine, mais vous êtes bien plus que ça à mes oreilles. Vous n'avez jamais hésité à vous renouveler et à aller chercher des influences différentes qui enrichissent votre musique. Pour preuve les magnifiques titres comme "Si la vie m'a mis là" sur la Palestine (2003), "Mrs Roy" (2008) ou encore "Printemps Arabe" (2012)...

Mon père et moi sommes allés célébrer vos dix ans en 2005, pendant trois heures de concert très intenses et inoubliables que nous n'avons pas vu passer. Parce que je voulais prolonger ce moment et les sensations de dingue que j'avais vécu ce soir-là, j'ai longtemps regardé le DVD de votre concert au Cabaret Sauvage. Vous êtes d'une grande générosité avec votre public et c'est sans doute ce qui fait qu'il est si fidèle, encore aujourd'hui. On récolte Ce(ux) que l'on s'aime...

Le temps n'entachant pas vos valeurs, vous défendez toujours un monde plus juste et une nature respectée. Vous restez cohérents avec vous-mêmes, même vingt-cinq ans plus tard, et c'est bien appréciable. Vous êtes également fidèles à ceux que vous aimez et/ou qui vous inspirent, à qui vous avez rendu hommage sur un chouette album de reprises (Né quelque part en 2014) dont vous pouvez être fiers. C'était un beau concept que de (re)découvrir le temps d'un disque, ceux qui ont forgé votre univers.

Pour vos vingt cinq ans et parce que les amis comptent pour vous, vous avez décidé d'inviter des copains et de vous faire plaisir en réarrangeant vingt cinq de vos titres. Même si je m'attendais pour ma part à de nouvelles chansons, je salue la démarche que je trouve conviviale et bienveillante. A votre image en fait. En revanche, on ne peut pas dire que j'ai été tout à fait séduite par le produit fini.

"XXV" - (2020)

Je ne suis vraiment pas fan de vos nouveaux arrangements sur "L'Hymne de nos campagnes", dont je trouve qu'ils sonnent trop industriels, "dans l'air du temps" (dans l'air de ce que "notre" temps a de plus mauvais en terme de musique), ce qui à mon sens ne vous ressemble pas. Je suis peut-être "vieux-jeu", mais je trouve que le texte et la mélodie sont noyés par un instrumental trop sophistiqué.

"La main verte" avec Sinsémillia et Massilia Sound System sonne comme une caricature de vous-mêmes. Là aussi j'ai eu l'impression que les arrangements sortaient tout droit des poubelles de l'industrie musicale. C'est dommage, parce que vos chansons sont superbes et que selon moi, elles n'ont pas besoin d'une grosse production pour être mises en valeur... Par ailleurs, je suis une fan absolue de Renaud et je suis la première à trouver touchant qu'il ai répondu à votre invitation pour chanter sur "La misère d'en face", mais, est ce que son intervention sert réellement le morceau, je n'en suis pas sûre... Je ferais la même remarque pour "Ladilafé" (dont j'adore la version originale) avec Véronique Sanson. Vous ne m'avez pas convaincus.

Ceci étant dit, vous ne vous êtes pas vautrés partout. XXV n'est pas mauvais, qu'on se le dise. Le nouveau souffle apporté à "Brian Williamson" (avec Dub inc) et "Un homme qui aime les femmes" (avec L.E.J.) est très bien trouvé. Votre collaboration avec Vianney et Ibrahim Maalouf sur "Serre-moi" est tout à fait honorable, tout en délicatesse, tout comme "2050-21OO", interprétée avec la famille Souchon. "Pas pareil" (avec Gauvain Sers) et une réussite. Merci d'y avoir pensé.

C'est pas parce que cet album est selon moi un peu bancal, que je ne vous aime plus. Ce dernier disque prouve encore une fois votre envie de nouveaux horizons et votre sens du partage. Vous êtes d'excellents instrumentistes et de très bons chanteurs, qui faîtes votre métier avec passion, exigence et sincérité. C'est ce qui fait votre force, c'est aussi pour ça que je vous aime et que je continue de suivre votre musique avec assiduité, malgré quelques déceptions.

Joyeux anniversaire les gars, continuez comme ça, gardez votre énergie créatrice pour nous faire vibrer d'émotion. Surtout, restez comme vous êtes, on se retrouve au prochain album.

Bisous !

PS: Merci pour votre concert dans la salle vide de l'AccordHotel Arena le 13 mars dernier, via les réseaux sociaux, qui a un temps soit peu soulagé mes frustrations liées au Coronavirus. C'était étrange, mais bienvenu, merci d'avoir maintenu cette date au milieu du merdier ambiant. Voilà qui redonne le sourire aux lèvres et réchauffe le coeur en cette période de confinement...

"France Télécom" (1995)

"Si la vie m'a mis là" en concert pour les dix ans du groupe

"Ce que l'on s'aime" en concert à Paris en 2009

"Pas pareil" (2003) en duo avec Gauvain Sers sur le dernier album

Commenter cet article