Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Promenades d'Erin

La Terre appelle le Major Tom

10 Janvier 2020, 08:10am

Publié par Erin

David Bowie (1947-2016)

David Bowie (1947-2016)

Cher Monsieur Bowie,

Je profite de la date du quatrième anniversaire de votre disparition pour vous écrire une petite bafouille. En entendant la nouvelle de votre décès à la radio ce triste jour de janvier 2016, j'ai été bien attristée. Non seulement parce que comme tout le monde, je n'étais pas au courant de votre état de santé  (ce qui rendait le choc encore plus brutal), mais parce qu'en plus, j'avais l'impression de perdre un compagnon de route. Chaque mort est injuste pour celui qui est touché. La vôtre aussi, de ce fait.

Je vous ai découvert en 2005, à la sortie du film Québécois C.R.A.Z.Y, (vous pouvez lire la critique du film ici) qui avait pour bande originale principale Space Oddity, votre tube de 1969, qui sera le premier d'une longue liste.

A la suite de ce film, je me suis plongée dans votre musique et dans votre univers, ce mouvement glam-rock que vous avez initié avec d'autres, plein de couleur, de paillettes et d'ambiguïté sexuelle. Votre liberté et votre audace me fascinaient. Vous êtes de ceux qui avez bouleversé mon adolescence.

J'ai écouté vos disques et visionné vos clips en boucle. Parce que l'harmonie est proche, je m'amusais à chanter Somewhere Over The Rainbow par dessus Starman et j'ai construit une deuxième voix pour The Man Who Sold The World. Et oui, vos chansons m'ont tellement plues qu'elles m'ont poussées à travailler ma musique. Grâce à vous, j'ai peut-être fait des progrès, alors au cas où, merci.

J'ai frénétiquement dansé sur Diamond Dogs, Rebel Rebel ou Jean Genie, et Life On Mars m'a fait pleurer plus d'une fois. Vos mélodies  étaient touchantes et originales, et si vous n'aviez pas une voix forcément reconnaissable au premier abord, elle le devenait obligatoirement par la suite parce qu'on s'attachait à vous. Vous étiez capable d'une grande poésie et de faire de très belles chansons avec peu. (Je pourrais sais doute vous reprocher plein de choses à vous autres Anglais, mais pour ce qui est du rock et de la musique en générale, y a pas à dire, vous gérez...).

J'aimais vos costumes, vos maquillages exubérants et votre énergie communicative. Vous étiez celui qui ose, qui n'a pas peur de repousser les limites. Celui qui se transforme continuellement, qui innove sans cesse. De Ziggy Stardust au Thin White Duke, vous avez créé des personnages et des univers différents qui suivaient l'évolution de votre musique, et c'est aussi cela qui fait de vous un artiste à part entière.

Du début à la fin de votre carrière, vous avez su manier votre art avec justesse et cohérence, tout en ne faisant jamais le même album. Votre touchant dernier disque Blackstar, sorti en janvier 2016 pour votre 69ème anniversaire, témoigne de votre mélancolie et de la souffrance associée à la maladie qui vous rongeait. Mais vous avez gardé ce qui avait fait votre force jusque-là. Votre musique tient la route, jusqu'au bout.

Bien que ma "Bowie mania" ce soit un peu calmée (juste un peu), je suis ravie de vous avoir écouté de votre vivant et d'avoir eu vos chansons comme compagnes pour grandir. Vous m'avez emmené dans plein d'endroits différents et quand je voyage aujourd'hui, votre musique n'est jamais très loin. Quand je la réécoute, elle me fait toujours le même effet.

J'ignore ce que cela peut bien faire de mourir, mais si jamais de là où vous êtes vous avez la fortune de croiser le Major Tom, transmettez-lui mes salutations. Les journaux se demandent encore quelle chemise il porte, et la Terre aimerait bien avoir de ses nouvelles. Elle en attend depuis 1969, ça commence à faire long...

Bien à vous.

Commenter cet article