Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Promenades d'Erin

Océan: témoignage d'une transition

5 Juillet 2019, 09:26am

Publié par Erin

Océan: témoignage d'une transition

J'étais allée le voir au théâtre il y a deux ans pour le spectacle qu'il mettait alors en scène, Chatons Violents. J'avais ri des vérités et de la caricature de la classe moyenne blanche, dont nous faisions à peu près tous partie dans la salle. Je l'avais rencontré pour la première fois en lisant La lesbienne invisible, cette adaptation en bande-dessinée de son spectacle du même nom, que j'avais par la suite visionné en DVD. A l'époque, il s'appelait Océanerosemarie, (Océane Michel de son vrai nom) et chantait sous le nom de scène OSHEN. Il revendiquait le fait d'être lesbienne et féminine, s'engageait auprès des féministes, écrivait  et réalisait des films (Embrasse-moi, en 2017).

Océanerosemarie

Aujourd'hui, il est toujours le même. Il est toujours comédien/metteur en scène, et toujours féministe. Mais il s'appelle Océan. Et c'est dans un documentaire éponyme (diffusé dès le 5 mai dernier sur France TV slash) qu'il nous raconte sa transition. En dix épisodes de dix minutes, il évoque son coming-out en tant que personne trans FTM (Female To Male), ses premières injections de testostérone, ses relations amoureuses, ses relations avec sa mère (Alerte transphobie puissance 1000 au carré !) et son opération chirurgicale.

Il existe a priori très peu de documentaires centrés sur ce sujet et qui nous plonge à ce point dans une intimité. Océan nous invite à rencontrer ses amis, ses amours et sa famille, mais partage aussi ses rendez-vous médicaux, administratifs et professionnels. Pas de tabous dans cette série qui en plus d'être bien filmée est donc originale, et contient de par ce fait une vraie valeur éducative et pédagogique, pour ceux qui n'auraient jamais été sensibilisés à cette cause. Pour ceux qui le sont déjà, c'est un témoignage personnel et précieux d'une expérience pas toujours évidente à traverser.

Océan a la fortune de vivre dans un milieu plutôt protégé avec une famille et des amis qui nonobstant une certaine transphobie de temps à autres, lui ont permis d'avoir suffisamment confiance en lui pour enclencher ce processus. Par ailleurs, il est Français et vit en France donc même si la transition n'est pas une mince affaire, elle reste faisable et accessible. (Ce qui n'est pas le cas partout dans le monde.) De part cet environnement favorable, Océan nous prouve avec ce film qu'une transition peut bien se dérouler, être même agréable, puisque l'important est de se rencontrer avec soi-même et être cohérent avec son ressenti intérieur en fin de parcours.

Par ailleurs, l'on comprend bien que les difficultés qui découlent d'une telle démarche ne viennent pas des  personnes trans, mais du regard que la société pose sur elles en permanence, cherchant à cataloguer hommes et femmes, et a sans cesse simplifier le concept d'identité, alors que si l'on y réfléchit bien, cette notion est en réalité en mouvement perpétuel (comme la vie) puisqu'elle se construit avec nous, qui ne cessons jamais d'évoluer. En somme pourquoi chercher à simplifier à tout prix un concept qui par essence même est complexe ? Par ce qu'il n'est pas envisageable pour la société de nous imaginer ailleurs que dans des cases bien définies.

Avec ce documentaire, Océan ose détruire ce schéma et nous livre ici une part importante de sa vie et de son parcours, qu'en tant qu'artiste et trans il prend la responsabilité de partager publiquement. C'est une initiative à saluer que je trouve courageuse, et qui permettra je l'espère à d'autres dans le même cas que lui de se sentir soutenus, dans leur démarche et la quête de leur identité.

Cette dernière est universelle, nous parcourons le même chemin avec plus ou moins de difficultés. Il est donc heureux que des voix s'élèvent dans l'obscurité que nous traversons pour nous indiquer ce qu'il est possible de faire, afin de poursuivre notre définition du bonheur. Parce que nous n'avons qu'une vie.

Océan dans L'instant M sur France Inter: La discussion débute à la 7eme minute

Commenter cet article