Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Promenades d'Erin

Nina Bouraoui: Tous les hommes désirent naturellement savoir (2018)

28 Juin 2019, 08:25am

Publié par Erin

Je ne fais pas partie de ceux qui regardent la télé ou écoutent la radio en continu. Lorsque je décide de me servir d'une des deux, je sélectionne soigneusement mes émissions. Parmi celles que j'écoute de temps en temps ce trouve Boomerang, animée par Augustin Trapenard, le matin sur France Inter. En décembre 2018, l'écrivaine Nina Bouraoui, que je ne connaissais pas encore, y était invitée pour présenter son dernier roman.

Tous les hommes désirent naturellement savoir est en réalité une collection de souvenirs de l'auteur, partagée entre son enfance en Algérie, sa jeunesse à Paris et l'histoire de ces deux parents. Née d'un père Algérien et d'une mère Bretonne, Nina Bouraoui passe son enfance entre ces deux atmosphères bien distinctes. Dans son livre, elle raconte ses souvenirs, évoque ses difficultés identitaires, (notamment son homosexualité, dont elle aura honte longtemps) avec style et simplicité.

C'est la discussion sur France Inter qui m'a donc poussé à me procurer cet ouvrage. Attirée j'étais, par le fait que l'auteure qui m'était inconnue donnait sa perspective toute personnelle sur son métissage et tout ce qui faisait son identité. Le livre est partagé en chapitres qui portent chacun les titres Se souvenir, Devenir, Savoir et Être. Au début, j'ai eu quelques difficultés à me plonger dans le récit. Les chapitres sont très courts, ce qui permet un rythme soutenu où le lecteur n'a pas le temps de s'endormir. Mais du coup, on passe sans arrêt d'une époque et d'une ambiance à une autre, et l'histoire en devient décousue... J'ai fini par être captée malgré tout par le style et par cette histoire qui se fait plus intense au fur et à mesure du livre. Phrases justes aux mots bien choisis, pour décrire les tiraillements d'une double identité et d'une différence pas toujours simple à assumer. Dévoré en un aller-retour à Marseille. laughUne jolie découverte.

Commenter cet article