Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Promenades d'Erin

Peter May et l’Écosse

14 Juin 2019, 10:57am

Publié par Erin

2017 a marqué le début de mes voyages en solo. En été cette année-là, j’ai pris mon sac à dos et je suis partie pour l’Écosse. Afin de me mettre dans l’ambiance et de préparer mon voyage, j’ai notamment fouillé du côté de la littérature.  Et j’ai découvert les polars de Peter May.

 

La trilogie Écossaise

L’île des chasseurs d’oiseaux (Le Rouergue 2009)

L’homme de Lewis (Le Rouergue  2012)

Le braconnier du lac perdu (Le Rouergue 2012)

 

 

Ces trois volets retracent les enquêtes de l’inspecteur Fin McLeod, policier basé à Edimbourg mais originaire de l’île de Lewis, dans les Hébrides extérieures.

S’il a quitté son  île alors qu’il était étudiant pour se rendre à l’université de Glasgow, ces différentes enquêtes vont le conduire à retrouver l’environnement de son enfance et de son adolescence. Elles vont le replonger dans un passé qu’il désirait pourtant fuir.

 

Si l’on s’intéresse à l’Écosse, sa culture et ses traditions, la trilogie Écossaise est selon moi une œuvre à ne pas manquer.  On y apprend beaucoup sur le mode de vie des habitants des Hébrides tant de nos jours que dans le passé.  On y découvre également des traditions et une culture spécifiques, où la religion,  la nature et langue gaélique ont une grande place. Cette lecture provoque un grand dépaysement, on a parfois l’impression de vivre une aventure  presque exotique, tant les éléments qui y sont dépeints  semblent éloignés de notre mode de vie occidental actuel.

On aime également la description de la mentalité des habitants, le climat météorologique très changeant et souvent rude ainsi que la vie rurale décrite avec attention.  On se laisse également emporter par les liens constants entre les différentes enquêtes et la vie personnelle de Fin McLeod, contraint de retrouver des racines qu’il avait choisit de quitter. Parce qu’on ne peut jamais vraiment oublier d’où l’on vient…

 

Les Hébrides extérieures, à l'extrème nord-ouest de l'Ecosse

 

Anciennes maisons typiques des îles de Lewis et Harris

 

L’île du serment (Le Rouergue 2014)

 

Sur l'Île d'Entrée, dans l'archipel de la Madeleine au Canada, la vie y est tranquille. Jusqu'au jour ou l'influent James Cowell est sauvagement assassiné. Toute la petite communauté soupçonne son épouse Kirsty, sauf Sime, le policier de Montréal qui enquête sur place. Lorsqu'il rencontre l'épouse de la victime, il est persuadé de la connaître... Les rêves vont alors se mélanger à la réalité et l'Écosse du 19ème va venir troubler le présent canadien...

 

On retrouve ici l'ambiance insulaire des Hébrides extérieures, mêlée à celle de l'archipel de la Madeleine, très différente et en même temps semblable. Parce que sur une île les villes deviennent des villages où tout le monde se connaît, s’entraide et se soupçonne aussi. Le climat y est rude et propice à la solitude. Peter May s'est énormément renseigné sur l'histoire des populations des Hébrides et sur la construction du Canada par les migrants Écossais. Et ça se sent ! J'ai personnellement beaucoup aimé les voyages temporels et géographiques que cette histoire propose. Et particulièrement ceux-ci puisque j'affectionne autant le Canada que l'Écosse.

 

Les îles de la Madeleine, à l'est du Canada

 

Maisons sur les îles de la Madeleine

 

 

Les fugueurs de Glasgow (Le Rouergue 2015)

 

Jack et sa bande de copains ont fuit l’Écosse à 17 ans pour Londres. Cette fugue marquée par plusieurs rebondissements tragiques les conduira à s’éloigner les uns des autres. Devenu sexagénaire, Jack retrouve Maurie, qui se meurt d’un cancer. Ce dernier lui demande de retourner à Londres car il prétend avoir la clef de l’un des mystères survenu lors de leur escapade de jeunesse. Les voilà repartis sur les routes d’Angleterre, sur les traces de leur passé…

 

A l’inverse de la trilogie Écossaise et de L'île du serment, nous sommes ici dans un univers très urbain. On aime l’énergie rock (les jeunes personnages sont musiciens) qui se dégage de l’histoire, pour plonger au fur et à mesure du récit dans la noirceur et la tragédie. Et on sourit des déboires des deux sexagénaires face à l’énormité de leur entreprise qui par moment les dépasse.  On apprécie particulièrement le petit-fils de Jack, jeune adulte et grand adolescent, embarqué de mauvaise grâce dans cette aventure parce qu’il est le seul à pouvoir conduire !

 

L'université de Glasgow

 

 

Pour les adeptes de la photographie et des beaux livres, je conseille L'Écosse de Peter May paru en 2013.

Les superbes photographies de David Wilson illustrent parfaitement et nous (re)plongent dans son univers  et ses îles écossaises de prédilection, Lewis et Harris. Pour le bonheur des yeux.

 

Exemple de plage qui constitue les Hébrides extérieures

 

Peter May est né à Glasgow en 1951. Scénariste pour la télévision et romancier, il est reconnu pour ces différentes séries de romans policiers notamment celles qui se déroulent en Chine et dans le sud de la France, où il habite à présent. Jusqu'à maintenant, je n'ai lu que les livres qui se déroulaient en Écosse, mais si vous connaissez un peu la série chinoise ou la française, n'hésitez pas à me dire ce que vous en pensez dans les commentaires !

 

Commenter cet article