Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Promenades d'Erin

À tambour battant

28 Février 2019, 16:04pm

Publié par Erin

À tambour battant

 

Pour mon premier article, je vous parle aujourd’hui de cette percussion qui me tient à cœur et que je pratique depuis plusieurs années.

 

Le bodhràn

 

On ignore exactement d’où il vient, mais l’on sait que son existence remonte à loin, très loin dans le temps. Son nom « bodhràn » (que l’on prononce « borann ») signifie « sourd » en langue gaélique irlandaise.  Et c’est au cœur de la musique traditionnelle celtique qu’on le retrouve le plus souvent.

 

Ce tambour consiste généralement en un cadre de bois rond sur lequel est tendue une peau de chèvre, frappée d’une baguette appelée « stick » ou « tipper ». Il se joue le plus souvent assis, calé contre la hanche, en exerçant avec la baguette (que l’on tient comme un stylo tourné vers soi,) un mouvement souple du poignet, de bas en haut. La main qui ne tient pas le stick se trouve contre la peau à l’intérieur du cadre, et sert par pression ou relâchement de cette dernière (et suivant où elle se trouve,) à moduler le son produit par l’instrument. Suivant le tipper utilisé, le son change également.

 

On trouve des modèles de bodhràns très différents : petits, grands, plus ou moins larges ou profonds, avec ou sans barre en travers du cadre… Certains musiciens pratiquent le bodhràn sans stick et frappent la peau uniquement avec les jointures et le dos de la main.

S’il servait au départ uniquement de base rythmique, il est aujourd’hui pratiqué par certains de manière très moderne, nuancée et sophistiquée.  On découvre lors des solos que ses sonorités sont multiples et il offre autant de possibilités d’accompagnement.

En Irlande, il fait depuis plusieurs années l’objet de championnats ! Les meilleurs se retrouvent et s’affrontent pour obtenir un prix.

 

Quelques exemples de musiciens : Christy Moore (du groupe Planxty), John Joe Kelly (du groupe Flook), Eamon Murray (du groupe Beoga), Caroline Corr  (du groupe The Corrs), Josselin Fournel ( du groupe Doolin’)… Et tant d’autres encore !!

(Quelques exemples en vidéo ci-dessous)

 

Si cet instrument vous intéresse, sachez qu'il n'est pas évident de trouver des cours en France. Cela dit, c'est possible, notamment sur la région bretonne ou parisienne, par l'association Irlandaise de Paris. 

 

Bonne découverte et/ou bonne écoute !

 

 

 

Josselin Fournel (du groupe toulousain de musique traditionnelle "Doolin")

Caroline Corr avec son frères et ses soeurs du groupe Irlandais The Corrs

Le jeune Joseph McNulty au championnat de 2007

Commenter cet article